Articles

Affichage des articles du janvier, 2015

La chambre d'Hannah de Stéphane Bellat

Image
La Chambre d'Hannah Stéphane Bellat
4ème de couverture :
Paris, février 1992. Pierre Descarrières, 11 ans, est malheureux coincé entre une vie terne et des parents qui se déchirent quotidiennement. Seul dans sa chambre, il rêve d un frère ou d une soeur qui viendrait rompre sa solitude. Paris, février 1942. Hannah Klezmer, 11 ans, étouffe dans l espace confiné de son appartement, mise à l écart parce qu elle est juive. Leurs routes n auraient jamais dû se croiser. Et pourtant, c est arrivé. Car il existe entre eux un lien plus fort que le temps et la folie des hommes.

mon avis : j'ai beaucoup aimé cette histoire d'amitié à travers le temps. On a envie de croire que ce qui est arrivé est possible. Cette plongée de l'intérieur pendant la guerre avec les problèmes que rencontraient les juifs à cette époque vu à travers les yeux d'une petite fille m'a vraiment bouleversée. Je pense que cette histoire restera longtemps dans ma mémoire.
ma note : 4,5 / 5

Je vais mieux de David Foenkinos

Image
Je vais mieux David Foenkinos

4ème de couverture :
"Un jour, je me suis réveillé avec une inexplicable douleur dans le dos. Je pensais que cela passerait, mais non. J'ai tout essayé... J'ai été tour à tour inquiet, désespéré, tenté par le paranormal. Ma vie a commencé à partir dans tous les sens. J'ai eu des problèmes au travail, dans mon couple, avec mes parents, avec mes enfants. Je ne savais plus que faire pour aller mieux... Et puis, j'ai fini par comprendre".
mon avis : bon je termine mon cycle Foenkinos avec ce livre qui me faisait de l’œil depuis un moment. Je pense que son auteur l'a écrit un peu pour moi et j'avoue que depuis moi aussi je vais mieux.... Quand le cerveau nous rend malade parce qu'on vit des choses qui ne nous conviennent pas... A lire sans modération
ma note : 4,5 / 5

En cas de bonheur de David Foenkinos

Image
En cas de bonheur David Foenkinos
4ème de couverture :
"Il y a des romans d'amour qui sont déjà des films d'amour. 
Mais Truffaut n'est plus là pour les tourner. [...] Alors mieux 
vaut s'en tenir aux romans, aux rares romans d'aujourd'hui qui 
parlent vraiment d'amour. L'amour que nous avons vécu, 
l'amour que nous allons vivre, c'est sûr, l'amour que nous 
rêvons de vivre. Merci, Foenkinos." Erik Orsenna, de 
l'Académie française. "Jubilatoire! David Foenkinos, auteur 
farfelu et facétieux, ne déroge pas à sa réputation. [...] Pour 
cette réjouissante épopée, il se plaît dans la comédie sociale et 
distille ses réjouissantes sentences en dissertant une fois 
encore sur l'avenir de la vie conjugale." Nathalie Valiez – Elle
mon avis : bon je suis dans ma période Foenkinos. La vie d'un couple Claire et Jean-Jacques que l'usure du temps et la routine sépare. Prendre une maîtresse est ce vraiment la bonne solution ? Encor…

La tête de l'emploi de David Foenkinos

Image
La tête de l'emploiDavid Foenkinos 4ème de couverture :
A 50 ans, Bernard se voyait bien parti pour mener la même vie tranquille jusqu'à la fin de ses jours. Mais parfois l'existence réserve des surprises... De catastrophe en loi des séries, l'effet domino peut balayer en un clin d œil le château de cartes de nos certitudes. Et le moins que l'on puisse dire est que cet homme ordinaire, sympathique au demeurant, n'était pas armé pour affronter ce qui l'attendait.

mon avis : Mon deuxième livre de Monsieur Foenkinos après la délicatesse que j'avais beaucoup aimé. Là il traite du sujet de la crise de la cinquantaine, à un moment où l'on pense enfin arriver à se reposer sur ses acquis et l'où on arrête de faire des efforts. Bernard voit tout son univers s'écrouler, son travail, son couple, ses parents.... 
ma note : 4/5

Le liseur du 6 h 27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT

Image
Le Liseur du 6 h 27 Jean-Paul DIDIERLAURENT


4ème de couverture :
«Peu importait le fond pour Guylain. Seul l'acte de lire revêtait de l'importance à ses yeux. Il débitait les textes avec une même application acharnée. Et à chaque fois, la magie opérait. Les mots en quittant ses lèvres emportaient avec eux un peu de cet écœurement qui l'étouffait à l'approche de l'usine.» 

Guylain Vignolles est préposé au pilon et mène une existence maussade et solitaire, rythmée par ses allers-retours quotidiens à l'usine. Chaque matin en allant travailler, comme pour se laver des livres broyés, il lit à voix haute dans le RER de 6H27 les quelques feuillets qu'il a sauvé la veille des dents de fer de la Zerstor 500, le mastodonte mécanique dont il est le servant.
Un jour, Guylain découvre les textes d'une mystérieuse inconnue qui vont changer le cours de sa vie...

mon avis : J'avais beaucoup lu à propos de ce livre qui me tentait et je n'ai pas été déçue. Une jolie…