Articles

Affichage des articles du septembre, 2015
Image
Les assassins R.J. Ellory


4ème de couverture :

Sur dix-huit mille meurtres par an aux États-Unis, seulement deux cents sont le fait de tueurs en série. Aussi les forces de police ne privilégient-elles que rarement la piste du serial killer. Lorsque quatre homicides sont commis en quinze jours à New York, selon des modes opératoires complètement différents, personne ne pense à faire un lien entre eux. Personne, sauf John Costello. Documentaliste au City Herald, et véritable encyclopédie vivante des serial killers, celui-ci découvre en effet qu'ils ont été commis à la date anniversaire d'un meurtre passé, oeuvre chaque fois d'un tueur en série célèbre, selon une procédure rigoureusement identique. Y aurait-il dans la ville un serial killer qui s'inspire de ses prédécesseurs pour leur rendre un funèbre hommage ?
Bouleversant tous les clichés de rigueur, R. J. Ellory transfigure ici totalement le roman de serial killer en lui apportant un souffle nouveau, comme seuls les tr…
Image
Il faut tenter de vivre Eric Faye


4ème de couverture :

« Dans les temps qui avaient précédé notre rencontre, je m’étais représenté Sandrine Broussard d’une manière très subjective, sur la base de ce qu’on me racontait. À vrai dire, peu m’importait de savoir si j’étais près de la vérité ou non. Je faisais évoluer la jeune femme sur une orbite éloignée de Bonnie Parker, où elle gravitait comme un astre de faible brillance, et je l’imaginais de taille moyenne, blonde, mignonne, pareille à Faye Dunaway dans le film. Sandrine était la portion incongrue de mon univers, différente de tout, rétive aux classements. » Lorsque le narrateur croise enfin Sandrine Broussard il est happé par ce personnage magnétique, son exact contraire. La jeune femme va lui raconter ses vies multiples et tumultueuses, faites d’arnaques et de clandestinité. Mais au plus profond d’elle-même, elle aspire à ne plus être une « passagère clandestine » et à retrouver une place dans ce monde. Pour « tenter de vivre », il …
Image
Les gens dans l'enveloppe Isabelle Monnin


4ème de couverture :

En juin 2012, j’ai acheté sur Internet un lot de 250 photographies d’une famille dont je ne savais rien. Les photos me sont arrivées dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l’enveloppe, il y avait des gens à la banalité familière, bouleversante. Je n’imaginais alors pas l’aventure qu’elle me ferait vivre.

J’allais inventer la vie de ces gens puis je partirais à leur recherche. Un soir, j’ai montré l’enveloppe à mon meilleur ami, Alex Beaupain. Il a dit : « On pourrait aussi en faire des chansons. » L’idée semblait folle.

mon avis : Acheté sur les instances de mon libraire qui avait eu un coup de cœur, j'avoue que ce livre ne me tentait pas plus que çà. L'idée de départ était originale : acheter des photos de famille d'inconnus et construire une histoire dessus. Je me suis vite prise au jeu. Première partie : l'histoire imaginée, deuxième partie : les photos, troisième partie : l&#…
Image
Daniel Avner a disparu Elena Costa


4ème de couverture :

Durant l'Occupation, les parents et la soeur du jeune Daniel Avner ont été arrêtés et déportés. Plusieurs mois après la Libération, le grand-père de Daniel envoie le garçon attendre le retour de sa famille au Lutetia, tout en sachant que personne ne reviendra plus. Commence alors une longue période de sévices infligés par le grand-père à son petit-fils. Pourquoi Daniel accepte-t-il sans protester de souffrir, comme si sa douleur lui permettait de revivre celle des disparus, et ainsi de les rejoindre ? Pourquoi se sent-il tenu, après la mort de son grand-père, de retourner attendre devant le Lutetia, alors que l'établissement a depuis longtemps retrouvé sa fonction d'hôtel ? Sa rencontre avec Dora sur le boulevard Raspail le délivrera-t-elle de son obsession ?

mon avis : la vie d'un enfant qui se sent responsable de la disparition de ses parents et de sa sœur. Sa solitude, les sévices qu'il accepte avec joie et …
Image
Les douze tribus d'hattie Ayana Mathis


4ème de couverture :


Philadelphie, 1923. La jeune Hattie arrive de Géorgie pour fuir le Sud rural et la ségrégation. Aspirant à une vie nouvelle, forte de l'énergie de ses seize ans, Hattie épouse August. Au fil des années, cinq fils, six filles et une petite-fille naîtront de ce mariage. Douze enfants qui égrèneront, au fil de l'histoire américaine du XXe siècle, leur parcours marqué par le fort tempérament de leur mère, sa froide combativité et ses failles secrètes. Les Douze tribus d'Hattie, premier roman éblouissant, a bouleversé l'Amérique et conquis les lecteurs français. Telles les pièces d'un puzzle, ces douze tribus dessinent en creux le portrait d'une mère insaisissable et le parcours d'une nation en devenir.


mon avis : roman intéressant dans lequel on suit la vie d'une famille aux fils des années et à travers la vie des enfants de cette femme extraordinaire.

ma note : 4,5 / 5
Image
Dites aux loups que je suis chez moi Carol Rifka Brunt


4ème de couverture : 

Nous sommes au milieu des années 1980, aux Etats-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une soeur aînée histrionique et des parents aussi absents qu'ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d'art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu'on n'évoque qu'à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d'amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l'ami de Finn. Confrontée à l'incompréhension de son entourage, et à la réalité d'une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie. Roman d'apprentissage bouleversant, chronique des années sida vues par les yeux d'une adolescente, Dites aux loups que je suis chez moi révèle une auteur à la plume sensible et puissante.

mon avis : ce livre m…
Image
La dernière nuit du Raïs Yasmina Khadra

4ème de couverture :

" Longtemps j'ai cru incarner une nation et mettre les puissants de ce monde à genoux. J'étais la légende faite homme. Les idoles et les poètes me mangeaient dans la main. Aujourd'hui, je n'ai à léguer à mes héritiers que ce livre qui relate les dernières heures de ma fabuleuse existence. Lequel, du visionnaire tyrannique ou du Bédouin indomptable, l'Histoire retiendra-t-elle ? Pour moi, la question ne se pose même pas puisque l'on n'est que ce que les autres voudraient que l'on soit. " Avec cette plongée vertigineuse dans la tête d'un tyran sanguinaire et mégalomane, Yasmina Khadra dresse le portrait universel de tous les dictateurs déchus et dévoile les ressorts les plus secrets de la barbarie humaine.

mon avis : un livre intéressant qui nous met dans la peau de Mouammar Kadhafi pendant les dernières heures de sa vie. Premier livre pour moi de Yasmina Khadra mais je vais vite so…
Image
Quand le diable sortit de la salle de bain Sophie Divry


4ème de couverture :

A Lyon, une trentenaire, Sophie, chômeuse en fin de droits, souvent affamée est soucieuse d'écrire son livre. Avec fracas et drôlerie, ce roman nous entraîne dans les turpitudes de la vie d'une jeune femme qui subit son isolement, et soulève la question de la place du chômeur dans notre société. 
Tour à tour caustique et désopilante, l'auteure ne laisse rien passer à ses personnages pour faire une critique décapante et cocasse des besoins de chacun pour se fondre et se valoriser dans la société, la famille et le travail.
Après la mélancolie de La condition pavillonnaire, Sophie Divry revient avec un roman improvisé, interruptif, rigolo, digressif, foutraque, intelligent, émouvant, qui, sur un fond de gravité, en dit long sur notre époque.

mon avis : livre amusant mais si proche de la vérité malheureusement. Sophie nous fait sourire et même rire à ses malheurs. Dommage que la fin m'ait laissée sur…
Image
No et moi Delphine de Vigan

4ème de couverture :

Elle avait l’air si jeune. En même temps il m’avait semblé qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur.
D. V. Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes. Jusqu’au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l’errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin.
Mais nul n’est à l’abri...


mon avis : un roman poignant. L'amitié d'une jeune fille de 20 ans SDF et d'une jeune adolescente surdouée qui se bât pour changer sa destinée. Un livre à faire lire dans les lycées. Un gros coup de cœur

ma note : 5 / 5
Image
Son carnet rouge Tatiana de Rosnay


4ème de couverture :

« Avant de s'en aller, elle enlève son alliance et la pose délicatement sur le capot de la voiture, sans un mot. » Le fruit est-il plus savoureux lorsqu'il est défendu ? L'interdit est-il synonyme de plaisir ? De la duperie démasquée à la vengeance machiavélique, Tatiana de Rosnay revisite les amours illégitimes et envisage tous les scénarios - tantôt tragiques, tantôt cocasses - avec une légèreté teintée de sarcasme, jusqu'à une chute toujours croustillante, parfois glaçante. Un jouissif « déshabillage » du délit conjugal, où le rire se mêle à la compassion et la transgression au désir.

mon avis : un bon moment de détente entre deux lectures plus "sérieuses".

ma note : 4 / 5
Image
Le crime du comte de Neville Amélie Nothomb


résumé de l'Editeur :
 "Le crime du comte Neville" raconte l'histoire d'une jeune châtelaine mal dans sa peau, qui cherche à se faire assassiner par son père, pour aider ce dernier à réaliser sans dommages la prédiction d'une voyante rencontrée à l'issue d'une fugue qui n'en est pas une.

mon avis : après beaucoup d'hésitations et surtout l'émission La Grande Librairie de la semaine dernière, j'ai décidé de mettre de coté mes a priori et je me suis lancée dans la lecture de cette nouvelle. Amélie nous emmène ici à réfléchir sur le fait que lorsqu'on nous prédit quelque chose, inconsciemment on fait tout pour que cette chose arrive. Ici le comte de Neville est persuadé qu'il va tuer un de ses invités et jusqu'au bout, malgré lui, il va tout faire pour que çà arrive, mais avec le moins de dégâts possible. Amusant, léger et j'avoue un bon moment de lecture.

ma note : 4,5 / 5
Image
La maladroite Alexandre Seurat

4ème de couverture :

Tout commence par un avis de recherche, diffusé à la suite de la disparition d'une enfant de 8 ans. La photo est un choc pour une institutrice qui a bien connu cette gamine. Pour elle, pas de doute : cette Diana n'a pas été enlevée, elle est déjà morte, et ses parents sont coupables. Remontant le temps, le roman égrène les témoignages de ceux l'ayant côtoyée, enseignants, grand-mère et tante, médecins, assistants sociaux, gendarmes... Témoins impuissants de la descente aux enfers d'une enfant martyrisée par ses parents qui, malgré les incitations à parler de plusieurs adultes, refusera de les dénoncer.

mon avis : un livre bouleversant, la détresse d'une enfant martyrisée. L'auteur fait parler les différentes personnes qui ont côtoyé cette petite fille durant ces années pendant lesquels ses parents la battront et feront croire aux autres qu'elle est seulement handicapée et maladroite.
ma note : 4,7 / 5
Image
Délivrances Toni Morrison


4ème de couverture :

Dans son onzième roman, qui se déroule à l'époque actuelle, Toni Morrison décrit sans concession des personnages longtemps prisonniers de leurs souvenirs et de leurs traumatismes.

Au centre du récit, une jeune femme qui se fait appeler Bride. La noirceur de sa peau lui confère une beauté hors norme. Au fil des ans et des rencontres, elle connaît doutes, succès et atermoiements. Mais une fois délivrée du mensonge - à autrui ou à elle-même - et du fardeau de l'humiliation, elle saura, comme les autres, se reconstruire et envisager l'avenir avec sérénité.


mon avis :  mon premier livre de Toni Morrison et surement pas le dernier. On trouve plusieurs thème dans ce livre, l'enfant qui n'est pas aimé par sa mère et qui fait tout pour attirer son amour, le racisme, la pédophilie, les meurtres d'enfants. Un livre beau et plein d'espoir.

ma note : 5 / 5
Image
Nous serons des héros Brigitte Giraud


4ème de couverture :

« Les nuits où je ne dormais pas, j’ouvrais le velux et je m’installais sur le toit, j’étais le seul dans la cité à jouir de ce privilège, passer la nuit à la belle étoile, dans le plus grand secret. Le ciel était-il le même ici qu’au Portugal, les constellations étaient-elles visibles depuis la lucarne de la prison de Peniche où mon père avait été enfermé ? »

En ce début des années soixante-dix, Olivio et sa mère viennent de fuir la dictature portugaise. Ils s’installent dans une banlieue lyonnaise et emménagent bientôt chez Max, un rapatrié d’Algérie, avec qui ils espèrent un nouveau départ. Alors que Max accepte mal l’adolescent, Olivio se lie à Ahmed, un immigré algérien de son âge, auprès de qui il trouve tendresse et réconfort.

mon avis : histoire d'un enfant portugais qui quitte son pays lorsque son père est arrêté et rejoins la France avec sa mère et son chat. Là il découvre une autre vie, les difficultés d'adapt…
Image
Oh, my Dear ! T.J. Middeleton


4ème de couverture :

À 50 ans, Al Greenwood n'aspire plus qu'à une chose dans la vie : la tranquillité. Chauffeur de taxi dans un paisible petit village côtier d'Angleterre, rien ne l'empêche de parvenir à son but, si ce n'est son encombrante femme, Audrey. Aussi décide-t-il un jour de s'en débarrasser. Le scénario est vite trouvé : profitant d'une de ses promenades quotidiennes, il la précipitera du haut d'une falaise. Aussitôt dit, aussitôt fait. Tout s'est passé comme prévu, ou presque : en rentrant à la maison, Al découvre Audrey tranquillement assise devant la cheminée. Qui a-t-il alors jeté dans le vide ? Commence pour Al un long cauchemar, dont il est encore très loin de soupçonner l'issue. Mais une chose est sûre : sa tranquillité s'éloigne à vue d'œil... " 

mon avis : un bon polar lecture détente à l'humour très British... lu presque d'une traite... 
ma note : 4 / 5
Image
Les loups à leur porte Jérémy Fel

4ème de couverture :

Une maison qui brûle à l'horizon ; un homme, Duane, qui se met en danger pour venir en aide à un petit garçon qu'il connaît à peine ; une femme, Mary Beth, serveuse dans un dîner perdu en plein milieu de l'Indiana, forcée de faire à nouveau face à un passé qu'elle avait tenté de fuir ; et un couple, Paul et Martha, pourtant sans histoires, qui laisseront un soir de tempête, entrer chez eux un mal bien plus dévastateur. Qu'est-ce qui unit tous ces personnages ? Quel secret les lie ? C'est à ce grand puzzle que nous convie ici Jérémy Fel, dans une atmosphère énigmatique et troublante entre Twin Peaks et les romans de Joyce Carol Oates.


mon avis : Un livre que je n'arrivais pas à lâcher et qui malheureusement n'a pas tenu ses promesses. Le thème est intéressant mais on est vite perdu au milieu de tout ces personnages et à la fin on n'arrive pas à retrouver la trame qui les relie tous. Dom…
Image
Trois secrets Randy Susan Meyers

4ème de couverture :

Il y a cinq ans, Tia est tombée follement amoureuse d'un homme marié et père de famille. Quand elle lui annoncé qu’elle était enceinte, il a disparu. Il y a cinq ans, Caroline, chercheuse en médecine, a adopté à contrecœur un bébé pour faire plaisir à son mari. Elle a prié pour que ses doutes disparaissent. Il y a cinq ans, Juliette pensait que sa vie était idéale : un mariage solide, deux beaux enfants, un métier passionnant. Puis elle a découvert que son mari la trompait. Il a promis de ne plus recommencer, elle l'a cru. Un jour, une lettre est envoyée... C’est le début d'une spirale qui va mêler le destin des trois femmes. Après le succès de L'Impossible Pardon, traduit dans plus de dix pays, un roman fort qui explore les dommages collatéraux de l'infidélité et la difficulté d'être mère.

mon avis : un peu déçue par la fin de ce livre qui reste toutefois une belle histoire dans laquelle on voit les sentimen…