Articles

Affichage des articles du juin, 2018
Image
L'homme de Grand Soleil Jacques Gaubil
Paul et Mike 248 pages

4ème de couverture : 
« Un rien enseveli sous la neige, une température avec des pointes en hiver à moins quarante-neuf et une moyenne d’âge de soixante-sept ans : ce n’était pas un village mais un congélateur à vieux. »
Un médecin de Montréal se rend tous les mois à Grand Soleil, un village perdu dans le Québec arctique. Docteur de l’âme autant que du corps, il y rencontre Cléophas, un patient particulier. Conservé par le froid qui a saisi cette partie du Canada, l'homme de Grand Soleil a vécu caché, il n’a rien écrit, rien accompli de notable et personne ne le connaît. Pourtant son apparition va tout bouleverser, sous le regard impuissant du médecin, témoin d’un monde qui se délite.

mon avis :  un premier livre découvert dans le cadre des 68 Premières Fois. L'histoire est intéressante mais je n'ai malheureusement pas été convaincue. Peut-être que ce n'était pas le bon moment... dommage
Image
Shutter island Dennis Lehane
Payot 392 pages

4ème de couverture :
Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l'allure sinistre. C'est un hôpital psychiatrique pour assassins. Le marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d'une malade ou cryptogramme ? Progressivement, les deux policiers s'enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu'au choc final de la vérité.

mon avis :  un roman noir angoissant, qui me fait penser à Vol au dessus de coucou. Deux marshals enquêtent a…
Image
Celui dont le nom n'est plus Manzor
Pocket 448 pages

4ème de couverture :
Et si les tueurs étaient en fait les victimes ?
" Puissent ces sacrifices apaiser l'âme de Celui dont le nom n'est plus. "
Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de leur arrestation, avoué avoir tué la personne qu'ils aimaient le plus au monde. Pourtant les faits sont là : le rituel religieux, le message, le cadavre vidé de ses organes – ces meurtres sont commis selon le même mode opératoire.
Le commissaire McKenna, vieux routier de Scotland Yard, et le docteur Dahlia Rhymes, criminologue américaine, pressentent que la série n'en est qu'à ses débuts.
À moins de mettre, au plus vite, un nom sur l'horreur... 
mon avis :  Une rencontre aux Quais du Polar 2017 m'a permis de discuter avec cet auteur …